Les Yvelines avec Objectif France

Pour une droite courageuse dans les réformes économiques, ferme dans les valeurs, moderne et écologique

L’effet Kardashian

cendrineEt si la popularité d’Alain Juppé n’était rien d’autre qu’une construction médiatique, une baudruche destinée à se dégonfler au premier coup de vent ?

Deux actualités du jour le suggèrent. La première, cet agacement du champion de l’élite intellectuelle et médiatique, glissant à ma consœur du JDD, que si les Français ne l’élisent pas ils n’auront qu’ à « se démerder » avec la réforme des retraites.  Un candidat assuré de la victoire n’assènerait pas une telle phrase en forme de menace.

La seconde est l’élection américaine, qui montre la limite des enquêtes d’opinion et l’incapacité de ces dernières à sonder les reins et les cœurs. Une fois de plus les sondages auront révélé ce que les sondeurs souhaitaient voir advenir. On ne comparera certainement pas Donald Trump à François Fillon. Le premier est populiste, le second est tout à l’opposé : il regarde la réalité avec courage, nous invite à prendre des mesures « impopulaires » mais nécessaires. Mais l’un et l’autre ont en commun de ne pas être « le candidat des media ».

Et puis, ce petit frissonnement que l’on voit dans la presse. Prudente elle n’ose pas encore imaginer un second tour où François Fillon ferait figure de favori ou de challenger. Mais elle parle de plus en plus ouvertement de la « surprise Fillon,  de la montée du « troisième homme ».

Pour l’heure François Fillon a déjà gagné une bataille, la bataille des idées. Son programme,  courageux, et dans la continuité de celui de 2007, s’est  imposé. Hormis NKM, ses concurrents ne  cherchent pas à le combattre sur les terrain des idées. Ils  le suivent largement.  Pâles copies, piètres épigones …

Sondages et opinions

Il est amusant de comparer les résultats des enquêtes réalisées par les instituts officiels et les sondages en ligne. Si ces derniers comportent des biais importants la divergence majeure entre les deux mérite qu’on s’y arrête Au lendemain du second débat tous les sondages en ligne hormis celui du Parisien, donnaient Fillon dans le duo de  tête. Le Point, le Figaro et M6 lui octroyaient une écrasante première place,  Valeurs Actuelles de son côté portait Nicolas Sarkozy au premier rang suivi d’assez près par François Fillon  (sur 70 000 votes pour le Figaro, un peu moins pour M6 et des scores plus fragiles pour le Point et Valeurs actuelles).

Les chiffres sont une chose. Les commentaires en sont une autre. On en comptait 1022 sur le Figaro, quand j’ai épluché un à un les commentaires pendant la nuit, au lendemain du débat (oui ça prend du temps !). Il fallait attendre la 5ème page sur 48 pour trouver un juppéiste. L’immense majorité des commentaires sont favorables à François Fillon ou Nicolas Sarkozy.  Un décalage  comparé aux débats post-débat des journalistes qui, hormis M. Jeudy, répétaient en boucle que le favori restait Juppé. Et parmi ces commentaires fillonnistes ou sarkozystes des différences s’observent également. Pour le second, un attachement « viscéral à l’homme ». On « est » sarkozyste, on ne sait même pas quel est son programme, mais on défend l’homme passionnément. Pour les fillonnistes deux profils : les convaincus et ceux qui le découvrent (« je pensais voter Juppé mais maintenant c’est Fillon »). Que l’on soit Filloniste de longue date ou Filloniste tout juste converti, il s’agit d’un vote d’adhésion mais une adhésion moins à l’homme qu’à son programme. C’est totalement nouveau. Et c’est radicalement différent des autres candidats :

a)  on vote pour un programme,

b) c’est un vote positif et non un vote de rejet

c) c’est un vote raisonné et raisonnable, un choix assuré et assumé,  un choix qui se renforce au fil du temps

Ce que l’on découvre dans les commentaires est en parfaite cohérence avec les verbatims que l’on retrouve en tractant dans les rues ou sur les marchés. Et si l’on  analysait différemment l’opinion ? Les sondages se multiplient à l’infini ; ils coûtent une fortune, mais leurs modalités ont montré leurs limites.  Et si on faisait moins de sondages mais plus d’enquêtes qualitatives ? Et si les sondeurs se promenaient dans les rues, et s’ils interrogeaient, et s’ils discutaient avec les Français….

Rêve ou cauchemar ?

Le duel Juppé Sarkozy est un rêve des médias. Un rêve que l’on nous vend depuis plus d’un an.

L’un des premiers à avoir tiré ses cartouches : le magazine Le Point pendant l’été 2015 (eh oui ! Déjà !).  Un grand dossier de 8 pages (si mes souvenirs sont bons). Une couverture qui accroche, des titres nous invitant à comprendre que c’était un « homme nouveau ».  Mais un dossier suintant l’ennui. Un pur produit de la comm. , vide et emphatique,  hagiographique et creux.

Le duel Juppe-Sarkozy est aussi un rêve des frontistes et des socialistes. Arpenter les marchés permet de rencontrer beaucoup de militants de gauche et d’extrême droite, désireux de voter au second tour pour….  celui qu’ils appellent avec mépris « Le Nain ». Car c’est lui qu’ils veulent voir comme candidat de la droite.   Réfléchissez… Cherchez pourquoi…. Leur calcul est loin d ‘être idiot.

Au second tour, pas au premier (faudrait pas exagérer…. On ne va pas payer deux fois deux euros aux Républicains !). Une raison de plus pour tout faire pour que ce « duel » Juppé Sarkozy » reste une hypothèse, un cas d’école…

Oui Juppé est un produit médiatique, à l’image de la jet Setteuse Kim Kardashian, dont la vie nous est exposée en permanence. De façon si récurrente qu’il est impossible  de ne pas avoir entendu parler d’elle….. Depuis plus d’un an « on » nous  vend  Alain Juppé comme le meilleur candidat, le seul qui ait la « stature » d’un président…

A force de répéter en boucle les mêmes « éléments de langages »…. beaucoup ont fini par y croire….

Mais la bulle médiatique semble en train de se dégonfler. Deo Gratias !

Tous ensemble vraiment ?

Ensemble au second tour ! Des amis qui défendent le favori des media me l’assurent avec conviction. Nous serons « ensemble au second tour » pour faire battre Nicolas Sarkozy. Cette analyse me paraît de plus en plus déconnectée de la réalité.  Nous ne serons pas ensemble mais opposés.  Et le vainqueur de cet ultime duel ne sera peut-être pas celui qu’on croit.

A ceux qui  veulent me convaincre de la proximité entre nos deux candidats, qu’ils me permettent de souligner leurs dissemblances.

Depuis 30 ans que je dispose du droit de vote, nous avons vu défiler des tribuns, des acteurs de grand talent, des manipulateurs, des séducteurs, mais c’est la première fois que je vois un candidat authentique, un candidat qui trace son chemin tel un sillon, qui martèle son message sans chercher à plaire aux uns et aux autres, qui poursuit sa route en restant indifférent aux sondages. En ce sens Fillon est un OVNI dans le monde de la politique.

De la même manière il se tient hors du système de clientélisme où l’on monnaie ses soutiens où on leur promet des postes à responsabilité. Depuis  le départ il insiste sur le fait qu’il sera entouré d’une équipe réduite, partiellement composée d’hommes et de femmes de la société civile, choisis exclusivement sur la base de leurs compétences.  Entre un « Sarkozy-Barouin » et un « Juppé-Bayrou » qui tentent de ratisser large, qui utilisent les vieilles ficelles de naguère  et un homme qui veut insuffler un peu d’oxygène dans le monde endogamique de la politique, faire appel à des hommes et des femmes de la société civile choisis pour leurs qualités, mon opinion est faite.

Il est le seul à pouvoir mettre un frein au mal qui ronge notre pays, celui qui fait de l’abstention et du vote FN le premier parti de France.  Face à cette France déboussolée, certains tentent de donner des gages par des propositions droitières, d’autres au contraire nient le malaise en parlant d’identité heureuse. Fillon est le seul a avoir vraiment compris cette « France des périphéries » décrite par Christophe Guilluy, cette France des « petites gens » qui ne se sentent plus représentés par personne, et qui rejettent le système  soit en s’abstenant soit en optant pour un vote de protestation. Fillon est le seul a avoir « écouté » cette France (car vous remarquerez qu’une de ses forces est bien là : il sait écouter, questionner, comprendre… Regardez l’échange avec Marc Trévidic… c’est flagrant !). Et l’ayant écoutée, il a compris qu’elle ne demandait rien d’autre que le droit de vivre, et la liberté de vivre comme elle l’entend.

C’est pourquoi malgré certaines ressemblances entre les programmes économiques de ces deux champions, je vois plus les divergences entre un homme qui reste encore et toujours un homme du système, fonctionnant avec les vieux travers de la caste politique et un homme d’Etat, un homme rendu libre par l’échec de 2012 et ayant décidé de faire une campagne en harmonie et en cohérence avec les valeurs qu’il porte et le projet qu’il défend.

Pour la première fois depuis 30 ans, un véritable « homme d ‘Etat » se présente devant les citoyens, habité par la grandeur de la France, et l’envie de donner à tous des chances d’aimer ce pays et de le faire grandir.

Pour la première fois nous avons un homme libre qui refuse les paisibles accommodements que tous s’offrent avec la réalité, avec les sondages, avec la caste médiatique. Et nous passerions à côté de cette chance ? Et nous ne reconnaîtrions pas que nous avons ENFIN la personne adéquate pour la fonction.

Merci à  mes amis juppéistes pour leur « main tendue » mais si je me suis engagée avec passion et conviction pour défendre le programme d’un homme « neuf », différent, « hors système », ce ne sera pas pour ensuite militer pour un apparatchik du système.

Nous avons une chance. Sachons la saisir.

Cendrine Barruyer, Viroflay.

(1) Clin d’œil à l’effet Kirlian. Du nom d’un savant soviétique, très prisé des parapsychologues, Semyon Kirlian. Il pensait avoir découvert un moyen de photographie « l’aura », le principe vital qui anime les êtres vivants.

Précédent

François Fillon cogne fort sans en avoir l’air

Suivant

Aujourd’hui nous honorons la mémoire de 130 morts

  1. Sophie

    En quoi est il hors système?

  2. LAUNAY

    Bravo pour cette analyse pertinente , juste qui peut convaincre les indécis à se déterminer en faveur du seul candidat crédible : F. Fillon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.
%d blogueurs aiment cette page :