Les Yvelines avec Objectif France

Pour une droite courageuse dans les réformes économiques, ferme dans les valeurs, moderne et écologique

Le Chesnay et le roseau

Par Cendrine Barruyer-Latimier

Peu à peu les derniers rangs de « La Grande Scène « se remplissent. C’est face à une salle presque comble – 500 personnes environ- que Jérôme Chartier est venu, ce mardi 28 mars, à la rencontre des habitants du Chesnay. Son message phare : lorsqu’un homme politique veut « renverser la table » tous ceux qui vivent confortablement du système se mobilisent pour l’éliminer. C’est le sort de François Fillon. Mais l’homme est plus difficile à abattre que l’on croit.  Il se battra jusqu’à la victoire.

Ils votent depuis toujours… ou pour la première fois. Ils sont médecin, institutrice, cafetier, étudiante en école de commerce, entrepreneur, spécialiste en cybersécurité,  lycéen, élue en  charge de la petite enfance, 14 Français de tous âge, réunis dans le cadre d’un micro-trottoir expliquent les blocages auxquels ils sont confrontés et ce que devra faire le prochain président pour faciliter la vie des Français et laisser les énergies créatrices se libérer. Ces témoignages de la vraie vie sont la marque de fabrique de la campagne de François Fillon et de son programme, qui, plutôt que d’être dicté par des « sachants » veut au contraire laisser la parole au terrain, à celles et ceux qui étudient, qui travaillent, qui élèvent leurs enfants, qui créent,  qui innovent, qui payent leurs impôts, qui font vivre la France…

Leurs questions sont multiples  : désertification médicale, principe de précaution paralysant toute initiative, dysfonctionnement du RSI, politique du logement social erratique, rythmes scolaires qui épuisent les enfants désorganisent les familles et coûtent une fortune aux mairies, saupoudrage des apprentissages à l’école, familles monoparentales en déshérence, procédure administratives absurdes pour… un CDD de quelques heures….

Mais ces Français ne sont pas seulement là pour questionner. Ils apportent à leur tour leurs solutions. S’engager pleinement dans la révolution scientifique qui nous conduit vers une nouvelle médecine plutôt que de frileusement avoir une vision comptable, un « centralisme révolutionnaire dogmatique ». Le croisement de la médecine et de l’intelligence artificielle ouvre des perspectives exaltantes. De même pour le logement, où des solutions simples permettraient un accès plus juste. Par exemple favoriser l’accès pour ceux qui ont un emploi proche (pour réduire les trajets domicile travail), rendre les logements prioritaires pour les familles monoparentales, soutenir les investisseurs privés pour qu’ils s’engagent à héberger des jeunes couples ou jeunes parents…. Ou encore les formations en apprentissage. Pourquoi ne pas prendre exemple sur les chambres des métiers et les chambres consulaires qui forment des jeunes de manière efficace et leur donnent des compétences leur permettant d’entrer sans retard dans la vie active.

Nos interviewés insistent également sur le piège des fausses solutions. Ainsi le RSI ne marche pas…. mais vouloir le fusionner avec le système général serait encore pire !  Ou encore le programme Macron qui prévoit des surcoûts immobiliers qui font peur aux chefs d’entreprise. Pire encore cette réforme des rythmes scolaires qui éreinte les parents, épuise les enfants, assèche les finances des municipalités….  et sous prétexte d’égalité crée de nouvelles inégalités entre les parents qui peuvent payer une baby-sitter et ceux qui ne le peuvent pas !

Enfin les jeunes interviewés dont certains voteront pour la première fois tandis que d’autres…. regarderont leurs aînés voter, sont l’avenir de la France. Leur parole est précieuse. Ils portent un regard neuf sur la politique. Certains reconnaissent que la tentation Macron est grande. « Il est jeune, il insuffle une espèce de dynamisme. Dans son entourage il y a des gens qui ne sont pas forcément politisés et ça, ça peut plaire. Il a un côté entrepreneur… Mais…. j’ai une réserve sur ses idées ; il y a beaucoup de vent, beaucoup de flou. Moi je pense que le flou en politique est un danger ». Un autre constate que sa sœur est « sensible à Macron parce qu’il est beau gosse », que certains de ses camarades sont tentés par Mélenchon en raison de la qualité scénographique de ses prestations et regrette que pour Fillon on ne s’intéresse pas assez au programme.

Le micro-trottoir se termine par le témoignage d’un homme, qui éreinte le « président normal » et son clone-candidat, qui désespère de voir qu’ à l’étranger on rit de la France. « Il faut un choc économique. On a beaucoup dit que le programme de François Fillon était très libéral mais en fait c’est un libéralisme contrôlé pour redonner confiance aux entreprises. Ce qui est important c’est le programme, ce n’est pas le sourire, les yeux bleus et les coups de menton. » Et le programme de François Fillon, ce micro trottoir le montre bien, c’est avant tout 4 ans de ratissage du terrain pour faire remonter du plus profond de la France et les doléances, et les espoirs, et les propositions.

« Je continue à penser que nous aurons une bonne surprise au soir du 23 avril » certifie notre entrepreneur.

Puisse-t-il avoir raison.

Après ce film la parole est donnée à Jérôme Chartier, qui remercie chaleureusement l’assistance pour sa présence, son nombre son énergie et son courage. « Je voudrais saluer ici ceux qui depuis des mois  combattent pour offrir la victoire à la droite et au centre,  ceux qui militent pour qu’une famille politique ne se fasse pas voler sa victoire.  » Jérôme Chartier insiste : reconnaître que tout a été mis en œuvre pour détruire le candidat ne relève pas du complotisme. La réalité est tout autre. « Ils ne veulent pas détruire François Fillon, ils veulent abattre le candidat de la droite et du centre.  » Et qu’on ne s’y trompe pas, qu’on n’aille pas imaginer que c’est un problème d’homme. Quel que soit le candidat qui les primaires auraient désigné, « il aurait eu droit à son lot de rumeurs ». L’avantage de François Fillon : sa solidité dans l’adversité, son refus de plier ou de rompre.  Qui d’autre parmi nos candidats aurait montré une telle force dans l’adversité ?

Le complotisme considère que des forces occultes manient les opinions comme on manipule des marionnettes. Inutile d’aller chercher des forces occultes pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui.François Fillon dérange. Sa politique remet en cause les prérequis et les avantages de nombreuses castes  qui ne veulent pas que la situation change et qui s’allient, se liguent, pour l’empêcher d’accéder au pouvoir.

Il aurait été facile pour François Fillon de gagner les élections en faisant des promesses mirobolantes rappelle Jérôme Chartier : annoncer des baisses d’impôt, des dépenses supplémentaires pour l’Etat, faire rêver avec des projets impossibles. Tous le font : Macron, Le Pen, Hamon Mélenchon… Un seul s’y refuse : Fillon. « Le vrai clivage aujourd’hui se situe entre ceux qui veulent prendre l’avenir de la France à bras le corps et ceux qui pensent qu’on peut tout promettre, car quoi qu’il en soit l’intendance suivra; or l’intendance ne suit plus depuis bien longtemps; Le garde-manger est vide ».

« La France a connu de ces moments ou les haines sectaires les rancœurs personnelles se liguent contre un homme pour empêcher le changement; faute de pouvoir attaquer ses idées, on s’en prend à sa vie privée, à ses proches, à sa famille. Rien n’est épargné ; plus rien n’est sacré. » Jérôme Chartier rappelle cette phrase prémonitoire de Philippe Seguin, le 2 avril 1993 affirmant que  jamais la période n’avait été aussi cruelle dans la relation entre les citoyens et les élus. Un mois plus tard Pierre Bérégovoy se suicidait. Qu’aurait dit Seguin s’il avait connu la période actuelle et la violence inouïe des attaques contre François Fillon.

Avons-nous retenu les leçons de l’histoire ? Comme dans les années 30 le populisme est à son comble. Nationalisme, repli sur soi, défaitisme, peur du déclassement social conduisent une partie des Français à croire à des solutions miracles qui vont de la suppression de l’euro au revenu universel. Une extrême droite arcboutée sur ses peurs d’un côté, une gauche internationaliste de l’autre. Internationaliste comme elle le fut du temps de la première internationale comme elle le fut après la seconde guerre mondiale en soutenant les révolutions communistes, la voici désormais mondialiste et communautariste. Or tous les internationalismes angéliques et idéologiques que la gauche nous a proposés ont conduit au conflit et à l’échec. Pourquoi en serait-il autrement aujourd’hui ?

« La diffamation est devenue à nouveau un moyen politique. Jamais le risque de répétition de l’histoire n’a été aussi fort » met en garde Chartier.

« Je me suis engagé auprès de François Fillon car je n’accepte plus de me taire ou de me laisser intimider par quiconque, » ajoute celui qui, même dans les moments les plus difficiles, n’a jamais cessé de soutenir le candidat.

Comme nous ses militants, qu’il remercie chaleureusement.  « Ce soir comme tous les soirs, je suis venu lever une armée qui ne renoncera jamais.  C’est vous que je suis venu chercher car je sais que vous avez du courage et de la détermination. (…). Le combat va se poursuivre, jusqu’à la victoire.  »

Précédent

L’Emission Politique: le choc !

Suivant

Trois raisons pour venir écouter François Fillon le 9 avril à Paris

  1. Oui, nous irons à la victoire
    et oui l’après victoire sera difficile ; il faudra continuer de rester ensemble, car ce qu’a annoncé François Fillon il le fera et cela ne fera pas plaisir à tous, y compris à des élus qui craignent pour leur « mission d’intérêt personnel ».
    Les législatives seront un autre enjeu majeur de la réussite du programme de François Fillon et notre futur président devra se souvenir de tous ceux qui lui ont été fidèles, particulièrement lors du Trocadéro (et j’en sais quelque chose : à Fourqueux le vendredi rien n’est organisé, je me débrouille avec plusieurs dizaines de mes amis…) le comité de soutien de Fourqueux avec Daniel Level ne fonctionne pas et celui de St Germain en Laye est pauvret! Le lundi soir, une heure après l’annonce de Gérard Larcher assurant François Fillon du soutien des LR « à l’unanimité », comme par hasard je suis informée que le comité de soutien de Fourqueux a repris du service ! Trop tard, je m’étais inscrite directement.

    Il y aura du travail, pour tous ceux qui ont du courage, de la conviction et la soif de convaincre et de réussir pour la France.

  2. Merci à François Fillon d’avoir tenu bon.

    Très amicalement:

    Jérôme DURAND-SMET

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.
%d blogueurs aiment cette page :